Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
jon36
BERRI-Admin
BERRI-Admin
Nombre de messages : 1158
Age : 28
Date d'inscription : 02/03/2009

Interview de Yannick Mboné sur Maligue2.fr

le Jeu 03 Aoû 2017, 13:31
Pour son retour en Ligue 2, Châteauroux a bien négocié son déplacement au Stade Brestois, avec une victoire renversante à la clé (3-2). Titulaire en défense et même buteur, Yannick M’Boné revient sur ce début de saison idéal. Il nous parle également de son parcours, de la méthode Vasseur et de la suite du championnat, à commencer par la réception de Valenciennes vendredi (20h) pour la 2e journée de Ligue 2.

MaLigue2 : Yannick, la saison pouvait difficilement mieux débuter pour La Berrichonne…

Oui, surtout que quand nous sommes allés à Brest, certains ne devaient pas donner cher de notre peau avant le coup d’envoi (rires). Ça démarre fort, on a montré des vertus de solidarité et on a fait preuve d’un bon mental pour arracher cette victoire dans le temps additionnel contre une très belle équipe de Brest, avec beaucoup de qualités.

Quel a été le déclic alors que vous étiez mené 2-0 ?

Je pense qu’on s’est dit qu’à 0-2, on n’avait plus rien à perdre. Puis après, ce penalty marqué a été le véritable déclic, ça a relancé le match et on s’est mis de nouveau à croire que c’était possible de revenir. Jusqu’au bout, on a cru qu’on pouvait le faire. On était vraiment contents. Mais bon, ce n’était que la première journée il ne faut pas s’enflammer. Le championnat est encore long, il reste 37 journées et on est aussi vite passé à autre chose avec ce prochain match à préparer pour vendredi.

Personnellement, vous avez inscrit votre tout premier but en Ligue 2, un moment particulier ?

Oui, il a vraiment une saveur particulière, c’est mon premier chez les pros. Et dès la première journée ! Que demander de mieux ? Je ne pouvais pas espérer meilleur début. Après, le plus important reste d’avoir aidé l’équipe à gagner. Je ne suis pas là que pour défendre, mais aussi pour aider mes attaquants sur les phases arrêtées par exemple. C’est ce qui fait la force d’un collectif. C’est une valeur ajoutée de pouvoir marquer quelques fois dans une saison.

Jean-Luc Vasseur est arrivé cet été, quelles sont ses méthodes et son discours au quotidien ?

Il insiste énormément sur la notion du collectif. Et il a raison car si on veut réaliser de belles choses, on doit le faire tous ensemble. Il a également ce côté formateur auprès de notre jeune groupe. Tout le monde est à l’écoute et a envie de progresser. On reçoit ses conseils avec humilité car il a le vécu du haut niveau. Ses mots ont été bénéfiques à la mi-temps du match contre Brest par exemple. Il nous a dit qu’il sentait qu’il y avait de la place, qu’il ne fallait rien lâcher car on réalisait un bon match malgré le fait que nous étions menés au score.

Presque chaque saison, un promu s’invite directement en L1. Après une victoire chez l’un des favoris de L2, est-ce que ça peut trotter dans les têtes avec votre groupe stable, un peu à l’image d’Amiens la saison dernière ?

Sincèrement, non. Si on peut se maintenir le plus tôt possible, ce sera déjà très bien. On doit surtout continuer de bien vivre ensemble, de travailler et de tirer tous ensemble dans le même sens pour prendre du plaisir tout au long de la saison. Non, notre seul objectif, c’est vraiment le maintien.

La Berrichonne effectue son retour à Gaston-Petit vendredi sur une pelouse en herbe. Quels seront les gros changements par rapport au synthétique utilisé les années précédentes ?

Ce ne sont pas du tout les mêmes sensations. Le football, ça se pratique d’abord sur l’herbe. La nouvelle pelouse est posée, on espère régaler notre public maintenant dessus (rires). Personnellement, je pense que le synthétique était aussi un peu plus usant au niveau des muscles. J’espère qu’on pourra éviter au maximum les pépins physiques cette saison.

Vous êtes arrivé en France à Caen, ou vous avez disputé quelques rencontres de L1 sans parvenir à vous imposer. C’est un regret de ne pas avoir percé là-bas, ou au contraire cela a-t-il fait votre force ?

Je dois d’abord remercier les dirigeants du Stade Malherbe de m’avoir fait confiance pour découvrir le monde professionnel en France. J’étais jeune et j’arrivais du Cameroun. Chaque épreuve est bénéfique. Je ne me suis pas vraiment imposer sur la durée, mais j’ai énormément appris là-bas. Ça m’a servi pour la suite.

Vous n’avez d’ailleurs pas hésité à descendre les échelons et à rejoindre le National à Fréjus puis Châteauroux…

J’ai regardé le meilleur choix possible à faire sur le long terme. Je cherchais avant tout du temps de jeu, je cherchais un vrai projet sportif après mon passage à Caen. Je pense que je suis donc désormais sur la bonne route, et c’est à moi de continuer à travailler pour la suivre.

Quel regard portez-vous sur ce championnat de Ligue 2 que vous redécouvrez ?

Il y a vraiment de très belles équipes, avec des ossatures taillées pour la Ligue 1. On a déjà pu en avoir un premier aperçu à Brest d’ailleurs. On sent qu’on a changé de catégorie et de niveau, que nous ne sommes plus en National. Donc on va tout faire pour s’acclimater le plus vite possible à cette nouvelle division. Ce premier succès est important car il va nous permettre de travailler en confiance pour faciliter notre intégration à la L2.

Vous recevez Valenciennes pour la prochaine journée, à quel type de rencontre vous attendez-vous ?

On sait que le VAFC sera une formation difficile à jouer. Le plus important, c’est de garder cette notion de collectif qui a été notre force lors de la première journée. On va appliquer les consignes du coach au mieux, et on a vraiment à cœur de réaliser un gros match pour nos débuts à domicile. On se doit aussi de bonifier cette belle victoire à l’extérieur pour vite se mettre sur les bon rails cette saison.

Propos recueillis par Dorian Waymel

Lien : http://maligue2.fr/2017/08/03/entretien-ml2-yannick-mbone/
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum